View Single Post
Old 10-24-2005, 01:04 PM   #6
chief
Registered User
 
Join Date: Feb 2005
Location: Belgium
Posts: 61
Rep Power: 15 chief slam gang member
Reviews from France (Violent Solutions-zine) and Germany (Eternity magazine):

Violent Solutions
Après des débuts, en dents de scie, victimes de changements incessants de zicos, avec quelques démos, split, et compilations au compteur, les belges d’EMETH peuvent enfin bomber le torse avec ce premier album, sorti l’été dernier chez Brutal Bands. Il est vrai qu’avec un micro-label ricain rendu * ses balbutiements, on pourrait croire qu’EMETH a mis toutes les chances de son côté pour se vautrer dans une carrière underground au ras des pâquerettes. Et pourtant, le style pratiqué sur ce premier album n’a strictement rien d’européen puisque nous sommes en présence d’un authentique ouvrage de brutal death, suivant la longue lignée des groupes ultra bourrins d’outre-atlantique. Directement inspiré des monstruosités discographiques déj* engendrées par des groupes de poètes tels DISGORGE (US), CANNIBAL CORPSE, SUFFOCATION et j’en passe, « Insidious » se révèle être la réponse belge * tout ce que les Américains ont de plus radical en matière de brutalité. Tous les archétypes du genre sont présents : un chant ultra rauque * vous écorcher les tympans, des blast beat aussi carrés qu’incessants et une guitare implacable aux solos hystériques. Ici, aucun temps mort, EMETH déboule * un rythme effréné quasiment d’un bout * l’autre de l’album. Je dis bien quasiment car le groupe a fait le choix intéressant de finir sur une touche plus nuancée, et surtout plus calme, avec une douce mélopée reproduisant piano et flûtes au synthé. Pour le reste, on demeure dans le domaine de l’équarrissage musical au sens le plus primaire du terme. Bien que les membres d’EMETH soient de véritables machines de guerre, dotées de la technicité requise pour du brutal qui tache, « Insidious » n’échappe pas * une cruelle linéarité qui se fait même persistante au bout d’une demi-heure. Si les riffs alambiqués mettent assez bien en valeur certaines qualités d’EMETH, les solos sont parfois si chaotiques que l’ensemble perd un peu de sa cohésion. Mis * part ces quelques reproches souvent ressassés lorsqu’on parle de brutal death US, EMETH plaira probablement aux accrocs du lavage de cerveau via la musique. Attention les oreilles, ça cogne vite et fort…très fort. Pas d’utilisation prolongée sans avis médical.

Eternity magazine
Hört sich irgendwie an wie Deranged...das war mein erster Eindruck und ich war begeistert. Nach mehrmaligem Hören merkt man aber, dass Insidious mehr als nur eine 1:1 Deranged-Kopie ist. Viele Feinheiten bleiben einem am Anfang verborgen und kommen erst beim dritten oder vierten Durchgang zum Vorschein. Emeth wissen nur zu genau, wie man DeathGrind ohne viele Umschweife direkt auf den Punkt bringt und damit den Hörer in seinen Bann zieht. Der Sound ist richtig dick und rollt wie eine riesige Welle aus Hass und Brutalität über einen Hinweg. Der abgrundtiefe Gesang klingt böse und brutal, genau so wie es sein soll. So macht es wirklich Spaß. Was mir ein wenig fehlt, ist die Eigenständigkeit unter den Songs ansich, deswegen gibt es auch ?nur„ 5 von 6 Punkten. Der Gitarrensound gefällt mir eigentlich am besten, richtig druckvoll und brutal unterstütz er die geilen, stampfenden Killerriffs, welche sich lästig wie ein Haken ins Ohr bohren und dort auch nicht mehr wegwollen. Die Drums brauchen sich auch nicht zu verstecken. Wie ein Schlag mit dem Hammer in die Fresse und das im Blastbeattakt. Unter http://www.emeth.be/ kann man sich einige Songs des ersten Silberlings der Band anhören. Wer auf Deranged & Co. steht, kommt an Emeth nicht vorbei.
chief is offline   Reply With Quote